....................................

lavoix
....................................

facebook

 

 
Martine Cauwel
Martine découvre la percussion africaine en 1991, avec N’Toma Keita. C’est le commencement d’un parcours enthousiaste.
Les cours réguliers avec Nathalie Vanderheyden , les stages aussi avec notamment Mamady Keita, , Bruno Genero, Zoumana dembélé, …
Sa rencontre avec Nathalie Vanderheyden en 1992, marque le début d’une collaboration qui prend son véritable envol avec l’asbl Percutattoo.
Depuis 12 ans, Martine se forme au djembé et aux djuns, elle a également accompagné les cours de danse de Nadine Bayet, de Fanny Heuten …
Elle a joué dans le groupe « White Spirit », « Djembé Parade », a fait partie des « allumettes » dans l’émission de télé « les allumés.be », chanté avec Sttellla pendant de nombreuses années…..
Elle donne également des cours de djembé pour l’asbl « Carte Blanche » à Anvers.
Nathalie Vanderheyden
Depuis 1988 elle voyage en afrique de l’ouest où elle à l’occasion de travailler avec les plus grands maîtres percussionnistes.
Elle suit pendant plusieurs mois le groupe « percussions de Guinée » travaille avec Koungbanan Condé,part au Mali plusieurs mois, suit le travail du ballet national et encourage François Dembele à créer le groupe percussion 2000 dans lequel elle joue.
De retour en Belgique elle continue sa formation avec Mamady Keita. N’toman Keita l’engage pour son groupe Sakodougou mais son grand projet c’est de créer un groupe de femmes. Avec quelques copines naît le groupe « Ryth’Miss »qui fera une carrière internationale(2 cd « Chiuraï » « su Propio Son »). Elle crée également le groupe « white Spirit »pour lequel elle compose et assure la direction artistique.
En 2000 création de sa « DJEMBE PARADE »qui réunit pas moins de 70 percussionnistes se produisant dans les plus grands festivals belges :Couleur Cafè ,les Francofolies de Spa….Elle enseigne la percussion africaine,fidèle à l’enseignement de ses maîtres,créative puisque le djembe c’est son instrument.
Elle s’exprime tantôt dans les concerts tantôt avec la danse où s’impose sa nature de femme percussionniste.